Entre le premier et le dernier coup de feu de Marc Lepine, il ne s’est ecoule que 20 minutes.

Entre le premier et le dernier coup de feu de Marc Lepine, il ne s’est ecoule que 20 minutes.

Vingt longues minutes au cours desquelles 14 jeunes femmes ont ete abattues, 14 personnes (hommes et jeunes filles) ont ete blessees, dans une tuerie qui a traumatise la societe quebecoise. Voici le fil des evenements, reconstitue grace au rapport du coroner publie en mai 1990

Local A-201 (registrariat)

Au deuxieme etage, Olivier Lepine, 25 ans, vetu d’un jeans bleu et de bottes Kodiak, reste assis sur votre banc a l’entree du local du registrariat. Il n’est nullement etudiant, meme s’il a deja ete inscrit en 1986 et a ete surpris trois fois dans la semaine precedant le 6 decembre. Il bloque partiellement l’acces au local – les etudiants doivent l’enjamber Afin de circuler. On le voit fouiller dans un sac de plastique sans en montrer le contenu. Une employee s’approche Afin de lui demander si elle pourra l’aider. Cela ne repond pas et quitte les lieux. Il erre un moment, puis se dirige par une classe.

Dans une telle classe du deuxieme etage, des etudiants en genie mecanique du professeur Adrian Cernea ecoutent l’expose d’un camarade. Lepine entre. Cela tient une carabine de ses deux mains. « Tout le monde arrete bien ! » Cela tire son feu au plafond.

« Separez-vous, nos filles a gauche, nos mec a droite ! » Personne ne reagit. Cela repete le ordre, d’un ton bon nombre plus autoritaire. Dans l’enervement, garcons et filles se melangent de groupe. Lepine pointe la droite, ordonne a toutes les mec d’aller a droite. C’est l’aspect ou se degote la porte. D’la gauche, il pointe aux filles le fond en classe.

« Ok, les gars sortez, les filles, restez la. »

Les mec sortent, mais apparemment pas assez vite au gout de Lepine. « Grouillez-vous le cul ! »

Les derniers gars sortent en courant.

Lepine est seul devant les neuf meufs rassemblees dans le fond d’une classe. Il s’approche d’elles.

– Savez-vous pourquoi vous etes la ?

– Non, repond une etudiante, Nathalie Provost.

– Je lutte contre le feminisme.

– Mais on n’est nullement des feministes, replique Nathalie Provost. On n’a jamais lutte contre des hommes !

Lepine ne repond jamais. A le poste, il se met a tirer de gauche a droite dans le groupe. Une trentaine de balles atteignent des neuf filles. Trois, dont Nathalie Provost, sont blessees. Six ne se releveront pas : Helene Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier et Annie St-Arneault.

Premier appel au 911 a 17title2. Un etudiant parle de coups de feu dans une classe ou le tireur n’a garde que les meufs. Le prepose du 911 entend lui-meme des coups de feu ainsi qu’une personne qui gemit.

« J’ai surpris Olivier Lepine entrer dans ma classe. Il nous a mis dehors, faire mes etudiants garcons et moi. Cela a tue faire mes etudiantes. Elles avaient l’age ma fille. »

– Adrian Cernea, ancien professeur a Poly

Lepine sort dans le corridor. Cela tire concernant des etudiants dans le local des photocopieuses – un homme et deux femmes seront blesses. Il retourne dans ses pas et entre dans la classe C-228. Il regarde le groupe et repere une etudiante au fond d’la classe. Cela vise puis essaie de tirer deux coups de feu dans sa direction, mais son arme ne fonctionne pas. Cela quitte le local. Cela recharge le arme pres d’un escalier de secours. Un etudiant qui descend les marches l’entend dire :

– Oh shit, j’ai pu de balles.

L’etudiant vai al sito poursuit son chemin et continue au corridor. Il apercoit aussi les trois blesses du local des photocopieuses. Cela se retourne par Lepine, a temps libre concernant le voir relever son arme. Il part en courant.

Lepine est retourne au local C-228. La porte est verrouillee. Il tire trois coups de feu sur la poignee, sans succes. Il reprend le corridor, passe pres des trois blesses, jusque dans le foyer. Une etudiante arrive de l’escalier mecanique. Cela tire sur celle-ci. Blessee, elle se releve et va se refugier au cinquieme etage. Lepine se trouve aussi au foyer. Cela s’appuie dans un comptoir Afin de changer le chargeur de le arme. Une personne reste cachee derriere le comptoir. Lepine l’apercoit et tente de l’abattre via deux fois, sans l’atteindre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *